Autres signes et symptômes de l’alcoolisme (2/2)

autres signes et symptomes de l alcoolismeVous avez perdu le contrôle de votre consommation d’alcool. Vous buvez souvent plus d’alcool que vous ne le vouliez, pendant plus longtemps que vous ne l’aviez prévu, ou malgré le fait que vous vous soyez dit que vous ne le feriez pas.

Vous voulez arrêter de boire, mais vous ne pouvez pas. Vous avez un désir persistant de réduire ou d’arrêter votre consommation d’alcool, mais vos efforts pour y parvenir n’ont pas abouti.

Vous avez renoncé à d’autres activités à cause de l’alcool. Vous passez moins de temps à des activités qui étaient importantes pour vous (traîner avec votre famille et vos amis, aller à la salle de sport, pratiquer vos loisirs) à cause de votre consommation d’alcool.

L’alcool absorbe une grande partie de votre énergie et de votre concentration. Vous passez beaucoup de temps à boire, à y penser ou à vous remettre de ses effets. Vous avez peu ou pas d’intérêts ou d’engagements sociaux qui ne tournent pas autour de l’alcool.

Vous buvez même si vous savez que cela vous cause des problèmes. Par exemple, vous reconnaissez que votre consommation d’alcool nuit à votre mariage, aggrave votre dépression ou cause des problèmes de santé, mais vous continuez à boire quand même.

Problèmes de boisson et déni

Le déni est l’un des plus grands obstacles à l’obtention d’une aide pour l’abus d’alcool et l’alcoolisme. Le désir de boire est si fort que l’esprit trouve de nombreuses façons de rationaliser la consommation d’alcool, même lorsque les conséquences sont évidentes. En vous empêchant d’examiner honnêtement votre comportement et ses effets négatifs, le déni exacerbe également les problèmes liés à l’alcool au travail, dans les finances et dans les relations.

Par exemple, vous pouvez blâmer un « patron injuste » pour vos problèmes au travail ou une « femme qui vous harcèle » pour vos problèmes conjugaux, plutôt que de réfléchir à la façon dont votre consommation d’alcool contribue au problème. Bien que le stress professionnel, relationnel et financier touche tout le monde, une tendance générale à la détérioration et au rejet de la faute sur les autres peut être un signe de problème.

Si vous vous retrouvez à rationaliser vos habitudes de consommation, à mentir à leur sujet ou à refuser d’en discuter, prenez un moment pour réfléchir aux raisons de votre attitude défensive. Si vous croyez vraiment que vous n’avez pas de problème, vous ne devriez pas avoir de raison de dissimuler votre consommation d’alcool ou de vous excuser.

Effets de l’alcoolisme et de l’abus d’alcool

L’alcoolisme et l’abus d’alcool peuvent affecter tous les aspects de votre vie. La consommation d’alcool à long terme peut entraîner de graves complications pour la santé, touchant pratiquement tous les organes de votre corps, y compris votre cerveau. La consommation problématique d’alcool peut également nuire à votre stabilité émotionnelle, à vos finances, à votre carrière et à votre capacité à établir et à maintenir des relations satisfaisantes. L’alcoolisme et l’abus d’alcool peuvent également avoir un impact sur votre famille, vos amis et les personnes avec lesquelles vous travaillez.

Les effets de l’abus d’alcool sur les personnes que vous aimez

Malgré les dommages potentiellement mortels que la consommation excessive d’alcool inflige à l’organisme – y compris le cancer, les problèmes cardiaques et les maladies du foie – les conséquences sociales peuvent être tout aussi dévastatrices. Les alcooliques et les consommateurs d’alcool sont beaucoup plus susceptibles de divorcer, d’avoir des problèmes de violence domestique, de lutter contre le chômage et de vivre dans la pauvreté.

Mais même si vous parvenez à réussir au travail ou à maintenir votre mariage, vous ne pouvez pas échapper aux effets que l’alcoolisme et l’abus d’alcool ont sur vos relations personnelles. Les problèmes d’alcool mettent à rude épreuve les personnes qui vous sont les plus proches.

Souvent, les membres de la famille et les amis proches se sentent obligés de couvrir la personne qui a un problème d’alcool. Ils assument donc la charge de nettoyer vos dégâts, de mentir pour vous ou de travailler davantage pour joindre les deux bouts. Prétendre que tout va bien et dissimuler toutes leurs craintes et leurs ressentiments peut avoir un impact énorme. Les enfants sont particulièrement sensibles et peuvent subir un traumatisme émotionnel durable lorsqu’un parent ou un gardien est alcoolique ou gros buveur.

Obtenir de l’aide

Si vous êtes prêt à admettre que vous avez un problème d’alcool, vous avez déjà fait le premier pas. Il faut beaucoup de force et de courage pour affronter de front l’abus d’alcool et l’alcoolisme. Tendre la main pour obtenir du soutien est la deuxième étape.

Que vous choisissiez de suivre une cure de désintoxication, de vous appuyer sur des programmes d’auto-assistance, de suivre une thérapie ou d’adopter une approche d’auto-traitement, le soutien est essentiel. Il est beaucoup plus facile de se remettre d’une dépendance à l’alcool lorsque vous pouvez compter sur des personnes qui vous encouragent, vous réconfortent et vous guident. Sans soutien, il est facile de retomber dans les vieilles habitudes lorsque la route devient difficile.

Votre rétablissement continu dépend de la poursuite du traitement de santé mentale, de l’apprentissage de stratégies d’adaptation plus saines et de la prise de meilleures décisions pour faire face aux défis de la vie. Afin de ne pas consommer d’alcool à long terme, vous devrez également faire face aux problèmes sous-jacents qui ont conduit à votre alcoolisme ou à votre abus d’alcool.

Ces problèmes peuvent être la dépression, l’incapacité à gérer le stress, un traumatisme non résolu de votre enfance ou un certain nombre de problèmes de santé mentale. Ces problèmes peuvent devenir plus importants lorsque vous ne consommez plus d’alcool pour les dissimuler. Mais vous serez en meilleure position pour y faire face et chercher l’aide dont vous avez besoin.

Aider un être cher

Admettre qu’un proche a un problème d’alcool peut être douloureux pour toute la famille, et pas seulement pour la personne qui boit. Mais n’ayez pas honte. Vous n’êtes pas seul. Il existe une aide et un soutien pour vous et votre proche.

Commencez par parler honnêtement et ouvertement avec l’ami ou le membre de la famille qui boit trop. Mais n’oubliez jamais que vous ne pouvez pas forcer quelqu’un à renoncer à l’alcool. C’est à lui de choisir.

Vous pouvez également bénéficier de l’adhésion à un groupe tel que Al-Anon, un groupe de soutien gratuit par les pairs pour les familles confrontées à l’alcoolisme. Écouter d’autres personnes confrontées aux mêmes difficultés peut être une source de réconfort et de soutien considérable.

Lorsque votre adolescent a un problème d’alcoolisme

Découvrir que votre enfant boit peut générer de la peur, de la confusion et de la colère chez les parents. Il est important de rester calme lorsque vous confrontez votre adolescent, et de ne le faire que lorsque tout le monde est sobre. Expliquez vos inquiétudes et précisez que votre inquiétude vient d’un lieu d’amour. Il est important que votre adolescent ait le sentiment que vous le soutenez.

Fixer des règles et des conséquences : Votre adolescent doit comprendre que la consommation d’alcool entraîne des conséquences spécifiques. Mais ne faites pas de menaces creuses et ne fixez pas de règles que vous ne pouvez pas appliquer.

Surveillez l’activité de votre adolescent : Insistez pour savoir où votre enfant va et avec qui il traîne.

Encouragez d’autres intérêts et activités sociales. Exposez votre adolescent à des passe-temps et des activités saines, comme les sports d’équipe, les scouts et les clubs parascolaires.

Parlez à votre enfant des problèmes sous-jacents. La consommation d’alcool peut résulter d’autres problèmes. Votre enfant a-t-il des difficultés à s’intégrer ? Y a-t-il eu récemment un changement majeur, comme un déménagement ou un divorce, qui est source de stress ?

Prochaine étape : Trouver le bon traitement contre l’alcoolisme

De nombreuses options efficaces de traitement de l’alcoolisme sont disponibles, y compris des programmes de réhabilitation. Toutefois, l’aide d’un professionnel n’est pas la seule façon de surmonter le problème et de se rétablir. Il existe également de nombreuses mesures que vous pouvez prendre pour vous aider à arrêter de boire, à vous rétablir durablement et à reprendre le contrôle de votre vie. Lisez : Vaincre la dépendance à l’alcool.

Si vous vous posez des questions sur l’hypnose et son rôle pour aidez les individus à gérer mieux leur douleur et leur souffrance, ou vous cherchez des solutions à l’aide de l’hypnose, alors n’hésitez pas de nous joindre par téléphone ou e-mail pour vous proposer un hypnothérapeute adéquat.

Pour en savoir plus sur nos séances d'hypnothérapie …

Si vous désirez obtenir de plus amples informations ou si vous avez des questions, n’hésitez pas à contacter le secrétariat. Vous pouvez prendre un rendez-vous par téléphone ou en envoyant un email à notre secrétariat hypnose et hypnothérapie, à l’attention de l'hypnothérapeute de votre choix.

Disclaimer : Le contenu et informations du site Hypnose et Hypnothérapie ont été élaborés avec la plus grande précision. Ce site Web et son contenu sont présentés à titre indicatif et informatif exclusivement et donnent aucune garantie sur les résultats spécifiques. Les résultats d’une hypnothérapie peuvent varier selon plusieurs facteurs et peuvent varier également d’une personne à l’autre.
hypnose namur hypnose tournai hypnose mons hypnose bruxelles hypnose namur hypnose tournai hypnose mons hypnose hypnose nivelles hypnose villers-la-ville hypnose braine l alleud hypnose namur hypnose tournai hypnose mons hypnose bruxelles hypnose namur hypnose tournai hypnose mons hypnose bruxelles