Le trouble de dysmorphie corporelle (2/2) 

dysmorphieComment votre point de vue a influencé votre vie : Pensez à tous les changements qui se sont produits depuis que vous avez commencé à passer plus de temps à corriger la « faille ». Pensez aux résultats positifs et négatifs. Avez-vous perdu des amis ou des relations ? Vos notes sont-elles baissées ou vos performances au travail se sont-elles détériorées parce que vous n’avez pas le temps de vous concentrer sur d’autres activités ? D’un autre côté, avez-vous constaté que vous recevez plus de compliments sur vos gains musculaires ou sur votre nouvelle routine de maquillage ? Si c’est le cas, comment cela compense-t-il les compromis que vous avez pu faire dans d’autres domaines de votre vie ?

Objectifs de vie et de traitement : Avant votre rendez-vous, réfléchissez à vos objectifs de vie et à l’impact de votre fixation sur le corps. Avec l’aide de votre thérapeute, vous pouvez décomposer le processus de traitement en plusieurs étapes gérables. Soyez prêt à parler des avantages et des inconvénients de votre rétablissement. Quels sont, selon vous, vos plus grands obstacles à l’acceptation de vous-même, vos « défauts » et tout le reste ?

Le soutien de la famille : Si votre famille a exprimé des inquiétudes, vous pouvez envisager de l’inclure dans votre traitement. Ils peuvent donner à votre thérapeute un aperçu de votre histoire de vie et de votre situation actuelle.  En discutant des plans de traitement avec les membres de votre famille à la maison, ils peuvent vous aider à reconnaître et à démanteler les schémas négatifs.

Options de traitement des troubles dysmorphies corporelles (dysmorphophobie)

Le traitement de troubles dysmorphies corporelles comprend une thérapie individuelle et de groupe ainsi que des médicaments. Si vos symptômes sont plus légers, ils peuvent s’améliorer grâce à ces deux traitements, mais la thérapie et les médicaments agissent ensemble pour des résultats plus rapides. Cela est particulièrement vrai si vous ou votre proche avez des pensées suicidaires.

La thérapie cognitivo-comportementale (TCC). C’est le seul traitement psychologique pour les troubles du comportement. Elle vise à modifier les schémas de pensée et de comportement déclenchés par la maladie. Votre thérapeute vous aidera à identifier les situations qui provoquent l’anxiété et à développer des mécanismes d’adaptation plus sains. Grâce à la TCC, vous pouvez apprendre à sortir de vous-même et à voir votre corps à travers une lentille plus objective et plus indulgente.

Au fur et à mesure que vous progressez dans votre traitement, votre thérapeute vous guidera dans des situations plus difficiles. Ce processus, appelé habituation, aide à rectifier la façon dont votre cerveau réagit aux déclencheurs. Vous apprendrez également à identifier les comportements d’évitement (comme traverser la rue pour s’éloigner des surfaces réfléchissantes) et les réactions compulsives. Il peut s’agir de picotements de la peau ou d’un besoin constant d’être rassuré.

Si votre enfant souffre d’une dysmorphie corporelle

La dysmorphie corporelle commence le plus souvent vers l’âge de 12 ou 13 ans. En tant que parent, vous pouvez avoir du mal à faire la différence entre l’insécurité de l’adolescent et quelque chose de plus grave. Les recherches montrent que les troubles dysmorphies sont souvent sous-reconnues et sous-diagnostiqués. Elle présente également des symptômes communs avec d’autres troubles mentaux tels que la dépression, les troubles obsessionnels compulsifs et l’anxiété sociale. La bonne nouvelle, c’est que le plan de traitement est souvent similaire et peut aider à traiter ces troubles concomitants. Voici quelques moyens de soutenir votre enfant ou votre proche :

Renseignez-vous sur la dysmorphophobie. Ce trouble est souvent déroutant pour les personnes extérieures. En réalité, les défauts physiques sur lesquels les personnes atteintes se focalisent sont imperceptibles ou très légers. Cependant, il est important de ne pas minimiser leur douleur mais plutôt d’aborder le problème avec empathie et compréhension.

Créez un environnement favorable pour encourager le traitement. Passez du temps de qualité avec votre proche et assurez-lui que vous vous souciez de lui. Même s’il rejette vos assurances concernant son apparence, il ressentira votre soutien. Essayez de ne pas l’obliger à se faire soigner ou à se sentir coupable.

Aiguisez votre capacité d’écoute. Parfois, le simple fait de faire savoir à quelqu’un que vous êtes prêt à l’écouter est très utile. S’il se confie à vous, essayez de ne pas porter de jugement et de contrôler vos réactions. Lorsque vous l’encouragez à se faire soigner, concentrez-vous sur la façon dont il pourrait bénéficier du soutien d’un professionnel qui comprend son état, plutôt que sur la façon dont son comportement vous inquiète.

Prenez soin de vous. Reconnaissez que votre proche connaîtra des hauts et des bas dans sa lutte contre son état. Gardez les moments difficiles en perspective et ne négligez pas vos propres soins. Il peut être utile de consulter vous-même un thérapeute ou de rejoindre un groupe de soutien.

Auto-assistance pour les troubles dysmorphies corporelles

Si vous souffrez d’une dysmorphie corporelle, vous êtes souvent fixé sur une partie du corps en particulier et vous avez alors du mal à contrôler la façon dont vous y pensez. Pour vous entraîner à détourner votre attention, essayez de vivre chaque jour dans le moment présent. Plus facile à dire qu’à faire ? Deux stratégies peuvent vous aider : la concentration sur des tâches banales et une pratique plus formelle de la méditation. Ces mécanismes d’adaptation se complètent l’un l’autre. Si vous les intégrez tous deux dans votre routine, ils commenceront à vous sembler naturels.

Concentration sur des tâches routinières

Beaucoup d’entre nous accomplissent des tâches ménagères sur pilotage automatique. Lorsque vous faites la vaisselle ou que vous vous brossez les dents, pensez-vous vraiment à ce que vous faites ? Ou bien votre esprit vagabonde-t-il, planifiez-vous votre journée ou vous inquiétez-vous de votre apparence ? Rédigez une liste des tâches que vous effectuez régulièrement lorsque vos pensées sont le plus susceptibles de s’égarer.

La prochaine fois que vous passez l’aspirateur, par exemple, essayez de vous entraîner à la pleine conscience. Faites appel à vos sens et prenez note de la sensation de l’aspirateur sur le tapis. Quels sont les bruits que vous associez à ce travail ? Les odeurs dans votre maison changent-elles lorsque vous passez l’aspirateur dans la pièce ?

Si vous sentez que votre attention se relâche, ne vous en voulez pas. Ramenez simplement votre esprit au moment présent. La pratique de la prise de conscience vous aide à éloigner votre attention de votre corps et de tout discours négatif sur vous-même.

Méditation

Bien que cela ne semble pas naturel au début, la méditation devient plus facile avec la pratique. Tout d’abord, trouvez une position assise confortable et vérifiez avec votre corps. Demandez-vous ce que je pense et ce que je ressens. Quelles sont mes sensations corporelles ? Passez 30 secondes à recueillir ces impressions sans agir sur elles ni essayer de repousser les pensées.

Ensuite, fermez les yeux et concentrez-vous sur votre respiration. Prenez note de la façon dont elle entre et sort de votre corps. À ce moment, essayez de vous vider la tête. Il peut être utile d’imaginer les pensées comme des nuages, qui traversent votre esprit comme elles traversent le ciel. Passez environ une à deux minutes à faire cela.

Ensuite, étendez votre conscience au reste de votre corps. Permettez-vous de penser et de ressentir sans jugement. Si vous commencez à vous attarder sur certaines émotions, dites-vous doucement de vous « détendre ». Continuez ainsi pendant une à deux minutes. Lorsque vous commencez à vous sentir plus à l’aise avec la méditation, vous pouvez augmenter la durée de votre pratique. L’objectif est de vous centrer et de vous libérer des pensées répétitives sur votre apparence.

Réduire les prédictions négatives

Une fois que vous serez plus apte à gérer vos pensées, vous pourrez utiliser ces stratégies d’adaptation pour vous rabaisser avant d’être confronté à une situation déclenchée. Cela peut aller d’une fête d’anniversaire à une conférence de travail avec une salle pleine d’étrangers.

Si vous êtes atteint de la Dysmorphophobie, vous pouvez vous retrouver à faire des prédictions négatives sur la façon dont un événement particulier va se dérouler. Vous pouvez commencer à imaginer le pire : que tout le monde va pointer du doigt et rire, par exemple, ou que vous vous retrouverez assis seul parce que personne ne veut s’associer à vous en raison de votre défaut. En vérité, cependant, la réalité est beaucoup moins pénible.

La prochaine fois que vous vous surprenez à sombrer dans l’anxiété, essayez d’écrire vos pires craintes dans un journal de pensées. Une fois que vous les avez reconnues, essayez de trouver une issue plus réaliste. Au lieu de penser : « Personne ne me parlera ». Essayez de vous dire : « Peut-être que je vais rencontrer quelqu’un de nouveau et que nous aurons une conversation intéressante ». Il est important, cependant, de ne pas aller à l’autre extrême. Sinon, vous vous exposez à une déception. Par exemple, plutôt que d’imaginer « tout le monde me dira que je suis belle » ou « je vais rencontrer l’amour de ma vie », envisagez des attentes plus modestes, mais toujours positives.

Si vous vous posez des questions sur l’hypnose et son rôle pour aidez les couple à gérer mieux leur foyer, ou vous cherchez des solutions à l’aide de l’hypnose, alors n’hésitez pas de nous joindre par téléphone ou e-mail pour vous proposer un hypnothérapeute adéquat.

Pour en savoir plus sur nos séances d'hypnothérapie …

Si vous désirez obtenir de plus amples informations ou si vous avez des questions, n’hésitez pas à contacter le secrétariat. Vous pouvez prendre un rendez-vous par téléphone ou en envoyant un email à notre secrétariat hypnose et hypnothérapie, à l’attention de l'hypnothérapeute de votre choix.

Disclaimer : Le contenu et informations du site Hypnose et Hypnothérapie ont été élaborés avec la plus grande précision. Ce site Web et son contenu sont présentés à titre indicatif et informatif exclusivement et donnent aucune garantie sur les résultats spécifiques. Les résultats d’une hypnothérapie peuvent varier selon plusieurs facteurs et peuvent varier également d’une personne à l’autre.
hypnose namur hypnose tournai hypnose mons hypnose bruxelles hypnose namur hypnose tournai hypnose mons hypnose hypnose nivelles hypnose villers-la-ville hypnose braine l alleud hypnose namur hypnose tournai hypnose mons hypnose bruxelles hypnose namur hypnose tournai hypnose mons hypnose bruxelles